J'y étais : le défilé Balmain Automne Hiver 2012 - 2013

Publié le par Réjane

Après avoir eu la chance d'être invitée au défilé Paul & Joe en septembre dernier, j'ai eu l'immense plaisir d'assister à celui de Balmain jeudi dernier. Et une fois l'euphorie du défilé passée, je n'avais qu'une envie : partager mes impressions avec vous.

 

DSC09534

 

 Il faut dire que ce n'est pas tous les jours qu'une petite grassoise haute comme trois pommes peut contempler pareille haute couture. Je ne m'attarderai donc pas sur l'historique de la maison Balmain ni sur l'analyse modesque de ce défilé. Les magazines de mode et autres rédacteurs officiels s'en chargeront pour moi. J'ai plutôt envie de vous parler de ce que j'ai ressenti.

 

DSC09499

DSC09500 DSC09513 DSC09518

 

Car bien que serial shoppeuse avérée et dévoreuse de papier glacé, le microcosme fashion reste un mystère tout entier à percer. Ca tombe bien, le nerf de la guerre se trouve ici, en plein coeur du Grand Hôtel. D'ailleurs, des tas de gens (connus, pas connus, connus en devenir, en quête de reconnaissance...) commencent à s'amasser devant l'entrée. On ne sait pas qui est qui (sauf rédacteur attitré, blogueur confirmé, people apprêté) mais on ne peut s'empêcher de regarder toutes les chaussures incroyables, coiffures démentes et fourrures d'animaux méconnus que ce monde nous laisse admirer. Le prix de l'originalité sera donc proportionnel aux centimètres (chaussures, coiffures...) et celui de la célébrité sera décompté en flash et des poses naturelles (Comment ça personne ne m'a shooté moi? Mais siiiii à un moment donné, j'étais derrière une fille de loin, en petit de dos dans le noir...)

 

DSC09485

 

 Chacun rentre doucement et je m'installe, debout derrière ceux qui ont le privilège d'être assis, j'attends patiemment. En fait, je sue patiemment. J'avais déjà remarqué ça chez Paul & Joe.  Un peu comme pour vous dire : « free sauna, ici tu vas payer tes cupcakes ma chewie » ou encore « viscose interdit, soie only »

 

DSC09531

 

Toujours est-il que j'ai une forte tendance à sentir mes jambes se dérober lorsque la foule, et la chaleur viennent me tenir compagnie. D'autant que ce ne sont pas les seules : j'assiste en prime aux discussions des filles d'à coté. Morceaux choisis : «  Je sais pas si je pourrais venir à la soirée car la j'ai des potes qui reviennent de LA (prononcer « ailait » ), non mais c'est trop abusé, t'es allé chez Dries? J'ai pas pu j'avais bu trop de drink... Il paraît que les filles de Jalouse n'ont pas été invitées, t'as reçu ton invit' pour Rykiel? » Les lumières s'éteignent et certains poussent un cri de soulagement, moi aussi.             

                         DSC09536

 

Les lumières s'éteignent et certains poussent un cri de soulagement, moi aussi. La magie opère : je n'ai plus chaud, je ne me préoccupe plus de mes jambes, et je suis seule au mo(n)de. Les silhouettes défilent, elles n'ont pas l'air humaines et c'est le but. La patte Balmain est omniprésente :  dorures, broderies, épaules marquées. Baroque mais d'actualité. Matières nobles et coupes modernes.

 

DSC09532

 

 J'essaie de prendre quelques photos. Mais mon appareil n'apprécie pas l'ambiance tamisée, et les gens devant moi ont décidé de mettre des chapeaux et/ou de se crêper le chignon (au sens premier du terme), vous enverrez donc vos plaintes pour la qualité médiocre de ces dernières aux personnes pré-citées.

 

DSC09539

 

Dix minutes après le coup d'envoi, le défilé est déjà terminé. Trois petits tours et puis s'en vont, les mannequins rejoignent les backstages.  Quant à moi je rejoins la rue Scribe, des étoiles plein les yeux. Mais le plus étonnant reste à venir. A l'extérieur tout le monde prend la pose. Certains seront immortalisés, d'autres pas. D'autres seront admirés ou dévisagés par le parisien lambda qui passait par là.

 

DSC09545

 

Quelques uns déclameront « c'est qui? », tandis que je saluerai la reine mère des blogueuse Garance Doré, mais tout le monde s'est déjà évaporé. Ephémère, la magie se disperse dans les rues parisiennes.

 

DSC09541

DSC09546

 

 Sorti de sa chrysalide après des mois de travail, Olivier Rousteing a déployé les ailes merveilleusement brodées de chez Balmain, déjà envolées vers l'horizon des nouvelles collections...

 

DSC09543

Commenter cet article

miladinha 10/09/2012 13:57

la chanceuse ! :o
Ton article est merveilleusement bien écrit. Tu m'as transporté le temps de la lecture, j'ai adoré !

Des bisous !

Réjane 13/09/2012 21:18



Oh merci beaucoup, je suis toujours très touchée que mon écriture plaise ! Bisous



LaSourisTeigneuse 09/03/2012 00:27

oh quelle chance!! Je t'envie, je t'envie et je t'envie encore!!!;)
ce rendu du défilé est très précieux et tu nous retranscris merveilleusement bien l'ambiance!

Je t'ai déjà dis que je t'envie?

Réjane 11/03/2012 14:01



Merci la Souris ! L'idéal serait d'y aller avec toi (à deux nous aurions encore un meilleur angle de vue ;) Bises



modebea 05/03/2012 16:13

Post extra, plein de fraîcheur ! La mode, un monde de rêves vu de loin où il faut aller comme tu l'as fait, pour en prendre plein les mirettes et avoir une oreille... compatissante ;-)
L'essentiel étant de pouvoir admirer les créations à peine sorties des ateliers !

Réjane 05/03/2012 20:28



Merci :)



Eudoxie 05/03/2012 14:49

Excellent ton article. Et sympa la grosse culotte de ... Hanneli? J'ai bien aimé aussi la photo du photographe avec son modèle. Merci pour cet article bien vu et sorti des clichés. )

Réjane 05/03/2012 20:29



Ah...Je ne sais pas...Peut-être? Merci en tout cas ! Bisous :)



Stéphanie 05/03/2012 10:53

Extra ! Merci pour ces photos Réjane !

Réjane 05/03/2012 20:29



Merci à toi :) Bisous